Biographie

Dessiner ou l'apprentissage du regard et de l'espace

Ses premiers pas se font dans un cours animé par Martial Raysse. Hésiter entre observer et regarder, entre voir et savoir, entre dire et raconter. C'est le triptyque "regarder / savoir / raconter" qui restera.

Ensuite l'apprentissage à l'école des beaux arts de Paris le mène à la géométrie, à l'histoire des représentations, le paysage, et puis les autres manières de représenter le monde, de le voir. Comment se voit le monde ici et là-bas ?

Comme un architecte, il construit des images, faisant grandir une intuition vers un objet, parfois même vers un espaces. Si il était architecte, sa doctrine serait : "habiter le dessin".

La période verticale

Le paysage est une envie de mouvement, un appel.

L'envie d'entrer dans la ville ou dans une forêt, de poursuivre le chemin qui nous mène à travers, se laisser déambuler sur une plaine, longer une falaise, tenter de se laisser porter par le vent.

En réduisant le champ visuel à une fente de la taille d'une main, toutes les formes se résument à un segment, à une inclinaison, à presque rien. Le paysage comme un rien, au mieux un ruban de couleur : à l'échelle humaine, il s'agit d'un totem, un parcours de la terre au ciel, et cela s'appelle "Vertical path".

La période ronde

L'horizon est bien tout autour de soit, donc il est rond : L'horizon est un cercle et le paysage une enveloppe qui évolue autour de nous. Entre approche cartographique et images tendues par les aberrations géométriques, les égotypes sont des images en forme de disques. Avec toujours un cadre, comme un espace de transformation ou une catastrophe.

Ce projet prend la forme d'une collection d'images circulaires , telles des égotypes, ou super-panoramique... un catalogue d'images rondes, comme des états d'âme, un peu scientifique, un peu énigmatique. Nos images intérieures ont-elles la même forme que nos impressions ?

Le musée des visions rassemble une collection de plus 500 dessins et tableaux circulaires comme une anthologie d'une nouvelle écriture d'un espace intérieur coloré, lié à une obsession d'exploration. 

La période carrée

La démarche est simple : montrer les singularités du monde. Avec un format carré, questionner la forme symbolique des choses et des êtres. et la diffuser sans frein. L'image est un message numérique, binaire, tranché, reproductible, autonome. Et il s'agit surtout d'un imagier contemporain.

Maintenant, représenter l'invisible

il s'agit du nouveau projet destiné a tendre un nouveau lien entre le monde du visible et le monde du perceptible. Le pouvoir de l'image au regard de l'ouie est questionné. alors que l'homme regarde comme un prédateur (devant), il écoute comme une proie. Ambiguité sensorielle qu'il s'agit d'explorer.